/

02 47 51 7000 Appel non surtaxé

Être appelé gratuitement

Merci

Votre inscription à la newsletter a bien été prise prise en compte.

Adaptation du logement : combien ça coûte ?

En 2013, l’Agence nationale de l’Habitat (Anah) consacrait un rapport entier à l’adaptation du logement à la perte de l’autonomie. Il est vrai que cette question, souvent déléguée aux collectivités départementales, n’est que progressivement prise en compte dans les politiques publiques. Et pourtant, l’intervention des pouvoirs publics est plus que nécessaire : en plus d’être longs et fastidieux, les chantiers d’adaptation sont souvent très coûteux.


    Adaptation du logement : combien ça coûte ?

« La France, avec 6% seulement de son parc de logements adaptés aux plus de 65 ans, se situe en  dessous de la moyenne européenne, et surtout loin derrière ses partenaires européens que sont l’Allemagne (7,9%), le Danemark (12%), ou les Pays-Bas  (16%) », souligne l’Anah en introduction de son rapport. 

Les étapes d’un chantier d’adaptation 

Un chantier d’adaptation du logement se déroule généralement en 3 étapes :

  • Le repérage. Commencez par lister toutes les zones dangereuses dans votre logement (entrée, pièces humides, escaliers…). Effectuez les premiers gestes simples : remplacez votre paillasson par un paillasson antidérapant et extraplat, changez vos portes battantes pour des portes coulissantes, posez deux mains courantes au lieu d’une dans votre escalier…
     
  • Le diagnostic. Avec l’aide d’un ergothérapeute, effectuez un diagnostic complet de votre logement qui vous permettra d’établir un devis en lien avec un entrepreneur. C’est ici que les choses deviennent plus complexes. Il faut parfois accepter des travaux plus lourds (ex. remplacement d’une baignoire par une douche à l’italienne) ou des aménagements moins esthétiques (ex. installation de la chambre dans le salon lorsque la chambre se trouve à l’étage).
     
  • La réalisation des travaux envisagés. 

Un coût de plusieurs milliers d’euros 

Le coût d’un chantier d’adaptation est très variable mais se situe souvent autour de quelques milliers d’euros. 

Dans le cas d’une maison individuelle ou d’un appartement de 75 m² environ, l’Anah estime ainsi que les travaux se situent dans une fourchette comprise entre 6 000 et 9 400€ HT

Dans un de ses rapports, le Conseil d’orientation des retraites (Cor) indiquait que 89% des 75-84 ans n’avaient même pas installé de barre d’appui. Les seniors sont donc réticents à réaliser des travaux d’adaptation, même les plus élémentaires.  

Or, c’est une nécessité notamment pour éviter le risque de chute. Chaque année, 450 000 chutes et  12 000 décès sont liés à une chute chez les personnes âgées de 65 ans et plus. 

On peut adapter son logement, pas son environnement 

Beaucoup de personnes âgées renoncent à adapter leur logement, en partie pour des raisons financières. De plus, il n’est pas toujours possible de réaliser ces travaux pour des raisons techniques. Difficile d’installer une grande douche à l’italienne dans une petite salle de bain, par exemple. 

Enfin, si on peut adapter son logement, il n’est pas possible de changer son environnement (proximité des transports et des commerces…). Dans ce contexte, les résidences services seniors apportent une réponse adaptée, apportant un ensemble de services (ménage, blanchisserie, restauration, animations…) dans un lieu unique et sécurisé.

 

Trouvez votre résidence DOMITYS

 

  • des résidents nous recommandent des résidents nous recommandent
  • Leader des résidences services seniors des Résidences Services Seniors
  • afnor Nos résidences certifiées Afnor